in

Définition de la sismothérapie

[ad_1]

La sismothérapie est une méthode d’électrothérapie. Elle consiste à délivrer une intensité variable de courant électrique. C’est une méthode majoritairement utilisée en psychiatrie. On la connaît aussi sous le nom d’électroconvulsivothérapie.

Le principe de la méthode est le suivant : D’abord la crise convulsive entraînera la sécrétion de différentes neurohormones et de neurotransmetteurs. Comme la noradrénaline, la sérotonine et la dopamine. C’est dû au fait que le corps aura un réflexe de défense et de survie.

Les substances sécrétées vont ensuite stimuler les neurones et vont favoriser la création de nouvelles connexions neuronales. Il y aura alors une amélioration de la formation des neurones ou  neurogenèse. Ce qui signifie une multiplication des dendrites et des synapses.

Qui a inventé cette méthode ?

Le docteur Hugo Cerletti et Lucio Bini ont mis au point cette technique. C’était en mars 1938 que le premier électrochoc a été pratiqué par Hugo Cerletti en Rome. Les premiers résultats étaient communiqués devant l’Académie de médecine italienne en avril la même année.  La nouvelle méthode  a alors remplacé le choc au Cardiazol. Une technique très pénible mais efficace pour combattre les dépressions sévères.

La méthode n’est pas pratiquée par tous les établissements. C’est dû à sa concurrence avec les médicaments antidépresseurs. Or, la sismothérapie est un traitement bien toléré et non douloureux.

Dans quel cas doit-on en faire recours ?

Elle peut soigner une dépression majeure et une bipolarité en accès maniaque aigu. Certaines formes de schizophrénie peuvent être également traitées avec la méthode.

Elle peut être utilisée comme première ou seconde option selon les recommandations médicales. Mais en cas d’un risque vital, elle est prioritaire. Comme une altération grave de l’état général ou d’un risque suicidaire. C’est également le même si les autres formes thérapeutiques étaient inefficaces sur le patient.

Son efficacité à court terme chez les personnes souffrant de dépression majeure est de 85% à 90%.

Comment se déroule une séance de sismothérapie ?

L’application de la sismothérapie nécessite la présence d’un anesthésiste et d’un psychiatre. Quant au lieu, on rejoint l’un des établissements pratiquants. Elle peut se faire en ambulatoire ou durant une hospitalisation.

Une consultation préalable par le patient est primordiale pour les différentes mises au point.

Le patient doit avoir la vessie vide et doit être à jeun. Il sera mis sous anesthésie générale courte de 10 à 15 minutes. On lui injecte ensuite du curare. C’est une substance qui paralyse les muscles. Permettant de prévenir les convulsions musculaires, on évite la blessure dentaire et ostéo-articulaire au patient.

Les docteurs psychiatres placent les électrodes sur le crâne du patient. C’est pour le contrôle de ses activités cérébrales durant la procédure.  Une faible intensité de 0,8 ampère sera alors délivrée pendant moins de 8 secondes. On la répète afin d’entraîner une crise convulsive d’une trentaine de secondes. Une fois terminé, on attend le réveil du patient dans la salle de réveil. Il sera un peu confus mais ne ressentira aucune douleur. En cas de maux de tête, un antalgique léger sera prescrit.

[ad_2]