in

Définition de la musicothérapie

[ad_1]

D’après l’association suisse de musicothérapie, c’est une discipline paramédicale utilisant la musique, le son et le mouvement. L’établissement ou le rétablissement des canaux de communication avec les autres et soi-même est le principal but.

L’association canadienne de la musicothérapie a aussi sa définition. Pour eux, c’est l’utilisation efficace de la musique et des éléments musicaux par un musicothérapeute diplômé. Le but est de maintenir, promouvoir et restaurer la santé physique, mentale, spirituelle et émotionnelle.

Les qualités de la musique sont multiples. Elle est créative, structurelle, émotionnelle et non verbale. Permettant ainsi dans la relation thérapeutique de faciliter le contact, la conscience de soi et les interactions. Elle facilite également l’expression des émotions, la communication, le développement personnel et l’apprentissage.

Historique de l’apparition de la technique

La musicothérapie remonte déjà à l’Antiquité jusqu’à nos jours. La musique peut jouer un rôle d’agent thérapeutique. C’est écrit par des scientifiques, des philosophes et des historiens.

Son histoire moderne débute au XX ème siècle. La musique était utilisée pour soigner les maladies, les traumatismes et les blessures psychiques de la guerre. Il y avait alors une mise en place peu à peu de la profession de musicothérapeute.

Le Docteur Richard Browne a écrit le plus ancien texte anglais qui parle de la musique et de la médecine. Elle s’intitule « Medicina musica » et a été imprimée en 1729. C’est un ouvrage très important pour les musicothérapeutes américains. Le développement des écoles d’orientation s’est suivi en Europe et aux Etats-Unis. De même qu’en Amérique du Sud, et en Argentine, où il y a Rolando Benenzo. C’est un psychiatre et un membre fondateur de la fédération mondiale de musicothérapie.

Ses bienfaits sur les pratiquants

Elle a le pouvoir d’améliorer l’humeur d’une variété de personnes. Ses effets positifs sur des patients hospitalisés ont été démontrés.

Par son effet physiologique, une musique relaxante atténue la douleur et l’anxiété. Elle fait baisser le taux de l’hormone associée au stress appelé cortisol. Libérant ainsi des endorphines qui sont à la fois analgésiques, euphorisantes et calmantes.

La musicothérapie est efficace contre la douleur chronique, les maux de tête et de dos. De même que lors de soins palliatifs, post-anesthésiques, néonatals et intensifs. Diverses procédures médicales l’utilisent.

Elle améliore également la qualité de vie des schizophrènes. Et en cas d’autisme, elle permet de soulager certains symptômes liés à cette maladie.

Pratique de la musicothérapie

En fonction du processus thérapeutique, une séance comporte une variété d’activités musicales. Incluant le chant, le jeu instrumental simple, la composition, l’écoute musicale et l’improvisation.

Les techniques utilisées sont très différentes selon le domaine d’application. Comme le domaine de l’expression, de l’éducation, du comportement, de créativité et de nature physiologique. Les possibilités personnelles conduisent les activités. De même que les préférences de la personne à soigner.

La première séance est destinée à la définition des objectifs thérapeutiques spécifiques. Ainsi, on peut établir le plan de traitement combiné avec l’évaluation de son efficacité.

La confiance entre le client et le thérapeute est très importante. Le thérapeute crée alors un environnement de créativité et de confiance.

[ad_2]